Jouer sérieusement en SMS / STSS : la douleur à l’hôpital

R&O Multimédia propose un cas qui traite de la prise en charge de la douleur dans deux services hospitaliers. Ce cas a été utilisé par Malika Meziadi, enseignante de STSS au lycée Simone Signoret de Vaux-le-Pénil avec une classe de terminale en salle informatique. L’expérience a été enrichissante mais des problèmes techniques l’ont rendu assez lourde. Des réponses à ces problèmes ont été élaborées et sont disponibles si vous souhaitez vous aussi tester ce jeu en classe avec installation sur un serveur d’un établissement scolaire. Le travail d’accompagnement de la personne ressource informatique du lycée a donc été cruciale pour la mise en place de cette expérimentation. Attention, comme pour toute utilisation d’animation ou de support multimedia, l’utilisation des jeux sérieux pour l’enseignement des SMS nécessite un temps de mise en commun permettant d’assurer la maîtrise des concepts et une prise de recul sur l’expérience.

La description du jeu sérieux tirée du site de l’éditeur

La « prise en charge de la douleur » est attachée à des techniques médicales sophistiquées qui favorisent le traitement de la douleur. Mais ces techniques doivent être prescrites par des praticiens, des soignants doivent être formés, leur mise en œuvre doit être organisée et planifiée, elle doit avoir une légitimité, elle doit être comprise et, bien entendu, elle doit se faire en constant rapport avec les patients. […] Ce cas ouvre donc au moins deux pistes à approfondir. La première est d’ordre managérial. Il ne suffit pas qu’apparaisse une technique médicale nouvelle (ici, de nouveaux médicaments permettant de mieux combattre la douleur), il ne suffit pas que la douleur passe de ce fait du statut d’une fatalité à celui d’une pathologie traitable, il ne suffit pas que cette nouvelle capacité soit proclamée prioritaire par la direction d’un hôpital, pour que tous les services de l’hôpital et tous les acteurs concernés accueillent cette innovation les bras ouverts et en fassent un usage uniforme. […] La deuxième piste touche au domaine éthique. Le cas de la douleur à l’hôpital permet en effet de poser concrètement la question de la mise en œuvre d’un principe éthique. La réflexion organisationnelle oblige ici à s’interroger sur la manière dont ces principes sont ou peuvent être mis en œuvre par les acteurs concernés, et donc à quitter le monde rassurant de la déclaration de principe. Si l’on veut bien observer le monde réel de la coopération au travail, on comprend que l’exploitation de ces principes par les acteurs concernés peut entraîner des comportements qui produisent des résultats éventuellement contraires à ces principes.[…] On comprendra facilement à travers Le cas de la douleur à l’hôpital en quoi le raisonnement organisationnel a des implications pour la réflexion éthique : il l’enrichit, mais la rend aussi plus difficile. Cela dit, ne vaut-il pas mieux affronter cette difficulté plutôt que de la nier en restant dans le monde aéré des principes ?

Le référentiel et les objectifs de la séquence

La problématique principale du jeu est la suivante : les dimensions organisationnelles entrent-elles en ligne de compte dans la prise en charge de la douleur des patients, et si oui, comment ?

Au niveau des programmes de terminale deux entrées permettent de situer cette séquence pédagogique :

  • les choix politiques au niveau de l’offre de soins
  • le fonctionnement des organisations et les stratégies d’acteurs qui les sous-tendent

Les objectifs de la séquence sont les suivants :

  • concrétiser des notions théoriques sur l’organisation
  • approcher les métiers paramédicaux
  • analyser la partie organisationnelle de la prise en charge de la douleur
  • comprendre comment les différents acteurs de 2 services de l’hôpital articulent leurs comportements pour gérer un problème spécifique auquel ils sont confrontés : celui de la douleur des patients.

 

Laisser un commentaire